Le modèle alimentaire en Algérie : évolution et prospectives

Les habitudes alimentaires d’une nation, même si elles varient d’une région à l’autre, sont la colonne vertébrale de l’équilibre socio-culturel mais aussi nutritionnel et économique d’un pays. Suivre son évolution est déterminant pour les professionnels et les pouvoirs publics. 

Les récents évènements sanitaires, économiques, et les flux perturbés par les conflits armés imposent d’observer de près ce sujet dont l’équilibre est fragilisé.

Traditions alimentaires

Le modèle alimentaire algérien est sur un modèle de type méditerranéen et apparaît comme le plus pertinent pour leur santé. A majorité végétal, il est composé de céréales (blé dur de la semoule, de khobz (pain) de kasra, de couscous, etc.), de légumineuses (lentilles, fèves et pois chiches), de fruits et légumes, huile d’olive, avec peu de viandes, mais des produits issus du lait, d’œufs, du poisson…  il permet une moindre prévalence des maladies cardio-métaboliques et de cancers les plus fréquents. Les céréales (39,22 %) assurent 59 % de l’apport calorique quotidien et 70 % des protéines(1).

La consommation d’agneau et de mouton est ancienne, celle des produits de la pêche méditerranéenne aussi pour les riverains et toutes les volailles. Dans le sud, le dromadaire est consommé.

L’Algérie est le seul pays d’Afrique du Nord à avoir une grande variété de pâtes alimentaires traditionnelles faites de blé dur.

Ce modèle, bien sûr, est dévié par des « modes », les tendances mondiales, le fast-food, le chawarma, la « malbouffe »… le blé a été remplacé par une farine blanche appauvrie en nutriments, souvent garnie dans une pizza par un succédané de fromage… mais aussi par les contraintes liées aux approvisionnements : le goût pour le sucre, pour le blé tendre, pour les laitages et les boissons sucrées… détournent l’équilibre nutritionnel traditionnel des Algériens.

Cette évolution est aussi le fait d’une démographie rapide : la population a quadruplé en 60 ans pour parvenir à plus de 48 millions d’habitants en 2021.

Le revenu disponible des ménages a beaucoup cru durant ce laps de temps, tout comme les conditions économiques et sociales : le revenu annuel moyen des foyers algériens est passé de 15,5 MDS de dinars en 1969 (dont 45,6 % pour l’alimentation) à plus de 11 381 MDS en 2018. L’autoconsommation est encore forte.

D’un point de vue nutritionnel, la ration alimentaire quotidienne d’un Algérien est passé de 1 723 Kcalories en 1962 à 3 343 Kcalories, ce qui signifie qu’elle dépasse largement les besoins énergétiques recommandés par l’OMS (2700 calories). L’Algérie est donc classée dans la catégorie des pays à faible niveau de faim (classement IFPRI).

Pénurie, flux et inflation

La FAO a reconnu dans sa dernière publication de 2022 concernant l’indice d’évolution des prix des produits agricoles et alimentaires, que la situation est particulièrement inquiétante dans un monde où le changement climatique, des difficultés de transport et les conflits entravent d’autant plus l’accès la nourriture.

Selon Abdolreza Abbassian, économiste(2), en 2021, l’indice FAO des prix des produits alimentaires avaient rebondi de 28,1% par rapport à l’année précédente. Les prix mondiaux des céréales étaient à leur plus haut niveau depuis 2012, en moyenne 27,2% au-dessus des prix de 2020.

Les prix des huiles végétales ont augmenté de 65,8% par rapport à 2020 ; les prix du sucre ont atteint leur plus haut niveau depuis 2016 ; les prix de la viande étaient supérieurs de 12,7 % aux prix de 2020 ; et les prix des produits laitiers étaient 16,9% plus élevés qu’en 2020.

La FAO craint énormément de complications pour l’accès équitable à des produits alimentaires en 2022 comme dans les années à venir en raison des perturbations qui sont enregistrées depuis le début de la pandémie de la COVID-19 au niveau des marchés mondiaux des produits agricoles et alimentaires. 

Les importations représentaient 8,8 MDS$ en 2021 et 9,5 en juillet 2021. 

importations Algérie
https://fr.tradingeconomics.com/algeria/balance-of-trade

Les blés représentent 60% des apports énergétiques (calories) de la ration alimentaire de l’Algérien moyen, 70% des protéines totales et 88% des protéines végétales. La production moyenne est estimée à 22,5 millions de quintaux, d’où une couverture par des importations de l’ordre de 65,5 millions de quintaux. 

Le coût de ces importations s’élève à plus de 2 milliards de dollars par an. (ONU 2022).

 

Céréales en Algérie

Selon le PAM(3), la consommation moyenne de blé par habitant en Algérie est évaluée à plus de 220 kg/an, d’où un besoin total de 88 millions de quintaux pour une population de 44 millions d’habitants.

La sécurité alimentaire de l’Algérie continue de dépendre pour 70% des importations de céréales et leurs chaines d’approvisionnement. Cette dépendance constitue un risque très important pour l’Algérie selon ce rapport de l’ONU, à la lumière des évolutions de la pandémie de la COVID-19. La commission économique pour l’Afrique de l’ONU avait estimé récemment que l’Algérie a besoin d’une plus forte production locale pour augmenter la résilience dans les secteurs stratégiques comme l’alimentaire et la nutrition par rapport aux différents scenarii de crise dans un contexte d’instabilité mondiale avec les perspectives encore sombres de la pandémie de la COVID-19.

Les importations de céréales permettent à l’Algérie de répondre aux besoins, soit 10.5 millions de tonne de blé(4). Selon l’USDA, « l’Algérie pourrait importer jusqu’à 7,5 millions de tonnes de blé en 2020/2021 ».

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Heni, indique(5) en avril 2022 que la production nationale de céréales à collecter dans les années 2021-2022 oscillera entre 27 à 30 millions de quintaux, ce qui permettra à l’Algérie de réduire ses importations de céréales de 25 %, avec une production maximale atteinte récemment de 27 millions de quintaux : augmentation de la surface agricole allouée aux céréales, (actuellement 3,3 millions d’ha), amélioration des rendements agricoles de 60 à 70 quintaux/ ha, et la généralisation de l’irrigation, notamment dans l’ouest et régions centrales du pays.

Il sera nécessaire de consacrer une enveloppe financière de 30 MDS dinars pour compenser les anciens et des nouveaux prix. Les capacités de stockage des céréales sèches et de légumineuses est de 34 millions de tonnes, en plus des 25 millions de tonnes détenues par des concessionnaires privés (moulins à farine et semoules).

2021, l’Indice FAO

  • Huiles végétales = un sommet historique, + 65,8% Vs 2020 
  • Sucre - 3,1% = son plus bas niveau sur 5 mois, (variant Omicron de la Covid-19 + baisse des prix de l’éthanol. En 2021, l’Indice FAO pour le sucre + 29,8% Vs 2020
  • Viande = + 12,7% par rapport à 2020

 

Balance commerciale algérienne 2022

Algérie

Dernier

Précédent

Unité

Référence

Balance commerciale

-3638.00

-3743.00

USD Million

Septembre 2020

Compte courant

61.56

-1.87

Milliards de USD

Septembre 2021

Compte courant par rapport au PIB

-10.80

-10.00

Pour cent du PIB

Décembre 2020

Exportations

8940.00

7651.00

USD Million

Juin 2021

Importations

9556.00

9190.00

USD Million

Juin 2021

Investissement Direct étranger

0.09

0.19

Milliards de USD

Septembre 2021

Dette extérieur

3562.00

3829.00

USD Million

Septembre 2020

En conclusion, l’Algérie a des défis à aller vers sa souveraineté alimentaire, notamment en soutenant son agriculture et ses agriculteurs, en innovant afin de réaliser son adage « l’avenir du pays est dans l’agriculture désertique ».

L’industrie alimentaire algérienne est animée de professionnels passionnés et déterminés pour assurer l’alimentation des nouvelles générations et bâtir un avenir tourné résolument vers l’équilibre.

Article rédigé par NutriMarketing pour le salon Djazagro


(1)Selon Hamidi Ouheb 2022

(2)Economiste de l’OMS (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

(3)Programme Alimentaire Mondial, la plus grande agence humanitaire de l’ONU qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire

(4)Nord Céréales 2022

(5)La tribune d’Alger janv. 2022

An Error Occurred: Internal Server Error

Oops! An Error Occurred

The server returned a "500 Internal Server Error".

Something is broken. Please let us know what you were doing when this error occurred. We will fix it as soon as possible. Sorry for any inconvenience caused.